Forum Citoyen Chateau-Gontier

forum citoyen de discussion et d'échange fait pour et par les citoyens

Derniers sujets
» Municipales 2014
Mar 7 Jan 2014 - 1:31 par DM

» Crise européenne
Ven 8 Nov 2013 - 19:00 par Foulques

» Elections allemandes
Ven 8 Nov 2013 - 18:59 par Foulques

» Le dernier sera le premier...(ou l'inverse)
Mer 22 Mai 2013 - 17:08 par moua

» Quelle belle leçon
Lun 2 Mai 2011 - 10:47 par Foulques

» Les villes en transition dans le monde et en France
Mer 23 Juin 2010 - 18:22 par Oda Lob

» Circulation dans la Grande Rue
Dim 13 Juin 2010 - 0:53 par Foulques

» République Tchèque et Slovaquie
Mar 8 Juin 2010 - 22:28 par Mathilde

» origine du nom Gonthier dans Château-Gontjier ?
Sam 1 Mai 2010 - 18:40 par Foulques

» Recherche de renseignements pour des recherches généalogique
Jeu 31 Déc 2009 - 22:07 par Walacefr

Météo

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

En amont de Laval

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 En amont de Laval le Mer 11 Juin 2008 - 14:09

En amont de Laval

Ce mardi 11 juin 2008, alors que j'avais prévu de déjeuner en bonne compagnie à Laval, je profite de l'occasion pour m'improviser une visite des lieux. N'ayant pas eu le temps de me renseigner ( L'émission radio de la veille s'étant prolongée tardivement en l'agréable compagnie des participants), je questionne l'auto stoppeur que j'embarque à la sortie de chateau gontier direction Laval. Mon choix se portera donc sur les jardins de la Perrine où je decouvrirai sur places d'autres occasions de satisfaire ma curiosité comme vous allez vous en rendre compte.

En plein coeur du centre historique, un parking gratuit de 300 places me permet de me parquer tranquillement à proximité du site.

Le musée des sciences et sa proximité

Devant moi se dresse l'imposante batisse du musée des sciences où se déroule du 17 mai au 31 août 2008 la proposition insolite de l'exposition “Jeux sur Je”.

Chacune des quinze tables de l'exposition est consacrée à un jeu de société choisi non pour ses qualités esthétiques ou historiques, mais pour les atouts et compétences qu'il sollicite. Car le sujet de l'exposition n'est pas le jeu mais le joueur : ses capacités à créer, à innover, à mettre en place une stratégie, à gérer une crise, à coopérer avec les autres pour arriver au terme de la partie.

A droite du musée, la maison du celèbre navigateur Alain Gerbault et à la gauche, l'entrée du parc de la Perrine, le premier objectif que je m'etais fixé. En route pour ce parc qui offre une vue dominante sur la ville de Laval

Le parc de la perrine

L'entrée du jardin se fait par la gauche du musée école que l'on voit sur la photo. La terre de la Perrine est citée dès 1293 à l'occasion de sa cession à Geoffroy de Parné, contre remise d'éperons dorés à chaque Pentecôte au seigneur de la ville.

A partir du XVIIIème siècle, celle-ci passe à la famille de Vauguyon, qui y construit en 1756 une folie (résidence de plaisance entourée de bois).

En 1885, l'ensemble des terres, perdu au jeu, par son propriétaire, est achetée par la ville qui y implante outre le musée des beaux-arts, un jardin botanique.

Situé sur un éperon rocheux, le jardin domine la vallée de la Mayenne. L'imposant donjon du Vieux Château sert de 1er plan au paysage que l'on découvre à l'extrémité nord de la roseraie (crée en 1920 par M. Jules DENIER).

Vous trouverez outre de nombreux endroits ombragés et tables de pique nique, une orangerie ( Transformée en salle d'exposition), Le tombeau Rousseau, un Bassin orné d'une sculpture ( l'île, œuvre de l'artiste lavallois, Robert LERIVRAIN ), Le Hené vert ( Originaire des régions méditerranéennes ), des Camélias ( une vingtaine de variétés ), des espaces jeux pour les enfants, l'allée des Tilleuls (âgées de 120 à 130 ans), l'arbre aux écus ( Ginkgo biloba, le seul arbre dont l'écorce résiste au feu nucléaire), des cèdres (de latlas et du liban), un séquoïa géant ( longévité de plus de 3000 ans ), des plantes vivaces, une mare aux canards ( à l'origine, ce bassin servait de réserve d'eau pour l'arrosage )et de nombreux animaux qui font la joie des enfants (enclos à biquette, volières d'oiseaux exotiques, pigeons, poules, coqs etc...).

Et l'espace Gerbault (un musée sur le site de la perrine) , suite de mon périple après quelques photos du parc...


Quelques photos des lieux


La roseraie

La roseraie, vue d'ensemble

Enclos à biquettes

Statue au dessus de la roseraie vers l'espace Gerbault

Volière aux oiseaux exotiques

Vue sur Laval avec le dongeon du chateau en 1er plan

Vue sur la mayenne depuis le parc de la perrine


Horaires du Jardin de la Perrine

Du 1er novembre au 28 février 8h-17h30
Du 1er mars au 31 mars 8h-18h30
Du 1er avril au 30 septembre 8h-19h30
Du 1er octobre au 31 octobre 8h-18h30
Dimanches et fêtes 9h-22h
Du 15 juin au 15 août 8h-19h30
Sauf samedis et dimanches : fermeture 22h

A suivre...

Voir le profil de l'utilisateur http://frontignan.bbfr.net/index.htm

2 Re: En amont de Laval le Jeu 12 Juin 2008 - 12:38

L'espace Alain Gerbault


L'espace Alain Gerbault se situe au bout à gauche de la roseraie, vous ne pouvez pas le manquer, un bateau est exposé dans le jardin en contre bas de l'espace musée. L'entrée est libre et gratuite.

En 1993 à l'occasion du centenaire de la naissance du navigateur lavallois, la ville de Laval décide de la création d'un lieu de mémoire d'Alain Gerbault.
Le choix de cet environnement botanique dominant la ville n'est pas anodin.
La maison natale d'Alain Gerbault jouxte ce terrain, et c'est précisément cette proximité qui lui permit de vivre ses premières aventures d'enfant, lors d'escapades secrètes à l'abri des regards, aux heures ou le public n'avait plus accès.

Au rez-de-chaussée se succèdent des expositions temporaires autour des thèmes de la mer, de voyage et d'aventure humaniste.
Le rythme et le contenu de ces installations ont pour but de créer des événements comme nécessaires au maintien, et à la transmission d'une mémoire, de l'aventure et des voyages humanistes.

Au premier étage est installé une évocation des visages contradictoires d'air, de terre, de mer de l'homme autant contesté qu'adulé, qu'était Alain Gerbault (1893-1941).
Outre l'installation de divers visuels (photos, documents, vidéos, écrits, objets), le potentiel documentaire présent dans l'espace est à la disposition du public pour une consultation sur place.
Des visites commentées et des animations peuvent être organisées sur rendez-vous, autour des thèmes exploités dans l'ensemble de la structure.

Né dans une famille aisée d'industriels, il effectue sa scolarité à Laval puis à Paris, avant d'entrer à l'École nationale des ponts et chaussées. Durant la Première Guerre mondiale il est engagé volontaire dans l'aviation. Bien que débutant en 1914, il se révèle être un pilote doué, et remporte plusieurs victoires spectaculaires, se faisant remarquer par sa science tactique et son habileté dans les acrobaties aériennes. Après guerre, il se lance dans les affaires sans grand succès, et participe à de nombreux tournois de tennis, sport qu'il pratique depuis son enfance.

En 1921, il décide de changer de vie et achète en Angleterre un vieux voilier de course : le Firecrest (crête de feu, allusion probable au feu de Saint-Elme), construit en 1892 qui est un bateau solide, très logeable et marin, mais sans rouf ni cockpit et dont le gréement n'était pas du tout approprié à la navigation solitaire. Après un entraînement de plusieurs mois en Méditerranée, il réalise en 1923 la première traversée de l'Atlantique en solitaire d'est en ouest, ralliant en 101 jours Gibraltar à New York. Cette longue durée a pour raison le manque de préparation du bateau pour une telle navigation et le manque d'expérience de son capitaine. Gerbault multiplie les ennuis, ce qui lui vaudra auprès des marins une réputation d'amateur ayant su se faire valoir à travers ses livres et auprès du monde médiatique de l'époque. Il demeure quelque temps aux États-Unis où son exploit lui a valu une certaine célébrité, puis repart en 1924 pour les mers du Sud, passant par les Bermudes, le canal de Panama, les Galapagos, Tahiti, les îles Fidji, la Réunion, Le Cap, l'Île Sainte-Hélène, les îles du Cap Vert et les Açores, pour rejoindre Le Havre en 1929, ce qu'il racontera dans ses ouvrages. Il réalise ainsi un tour du monde qui lui vaudra une renommée internationale ainsi qu'une Légion d'honneur. Toujours attiré par la mer et la Polynésie dont il est tombé amoureux pendant son périple, il repart en 1932 sur un nouveau bateau construit grâce aux droits d'auteur de ses ouvrages.

Il ne cessera alors de défendre la cause de la Polynésie et d'étudier sa géographie et son histoire. Il passe les neuf dernières années de sa vie dans l'Océan Pacifique, atteignant les îles Marquises en 1933, les Tuamotu en 1934, Tahiti en 1935. Passionné par le passé de ces îles, il apprend les langues océaniennes et vient en aide aux indigènes, s'insurgeant contre la colonisation européenne qui considère la disparition des Polynésiens comme inévitable. Il s'efforce à chacune de ses escales à faire revivre les traditions locales, les chants et les danses interdits par l'Église et l'administration. Il s'efforce de créer une émulation sportive et introduit le football pour lutter contre l'alcoolisme. Il mène par ailleurs d'importantes recherches linguistiques et ethnologiques. Voguant d'île en île, et revenant toujours à son port d'attache de Bora-Bora, il mène à cette époque un idéal de vie très en avance sur son temps.

La Seconde Guerre mondiale le force à quitter la Polynésie française; il prend frénétiquement et maladroitement le parti du maréchal Pétain en juillet et août 1940: le ralliement des Établissements français de l'Océanie à la France Libre le 4 septembre 1940 l'oblige à une fuite et à un dernier voyage qui est une errance désespérée à travers tout le Pacifique, pour échapper aux menaces de guerre. Épuisé physiquement (notamment par un alcoolisme aigu) et moralement, il touche les Samoa, les Tonga, et finalement l'île de Timor, dont la moitié est est portugaise et neutre, et il succombe à Dili (Timor oriental) de la malaria et d'un délabrement physique généralisé en 1941, après plusieurs tentatives infructueuses pour gagner la haute mer. En 1947, ses cendres sont transférées par la Marine nationale à Bora-Bora, où il repose depuis lors, selon son vœu.

Après ce périple virtuel sur les océans, un petit voyage dans le temps m'attends au chateau de Laval...

Voir le profil de l'utilisateur http://frontignan.bbfr.net/index.htm

3 Re: En amont de Laval le Ven 13 Juin 2008 - 11:21

Le château de Laval



En route vers une autre époque

Pour rejoindre le château que l'on aperçoit depuis le bout de la roseraie au sortir de l'espace Alain Gerbault, il suffit de quitter le parc de la perrine par où l'on est arrivé, longer le musée des sciences et de retour sur la place Hercé (avec son parking de 300 places ) prendre à droite. A votre gauche, vous pourrez observer ce qu'il reste des remparts sud de la ville.

Continuer jusqu'au bout de la rue, prendre à droite puis de suite à gauche un grand escalier qui descend, vous arrivez alors dans une ruelle étroite et au milieu des maisons à colombage vous pouvez observez devant vous, imposant, le donjon du château.

Je pensai trouver l'entrée en contournant par la droite mais en fait il m'a fallu faire tout le tour du monument, ce qui m'a permis d'apprécier la dimension du lieu au pied duquel on se sent...tout petit !


Les remparts sud de Laval

Escaliers vers le château de Laval

Vue sur le donjon depuis la ruelle


Entré du musée du vieux chateau
L'entrée du château se fait par le porche sur la photo, il se situe sur une place dont je n'ai pas noté le nom ( un marché y a lieu le mardi où notre ami Bruno, paysan boulanger à la Roussière y vends son pain et que je retrouve par hasard ).

Le château abrite également un musée des arts naifs que je n'aurai malheureusement pas le temps d'apprécier avant mon prochain rendez vous. Il est 15h55, une visite guidée d'une heure commence dans 5 minutes et le tarif, il faut le souligner est assez modeste ( 1 euro la visite libre, 2 euros la visite guidée ). Il me reste donc 5 minutes de temps à vivre (et non pas à tuer Very Happy ) et j'en profite pour demander à l'hôtesse si je peux prendre quelques photos du musée des arts naïfs qui commence dans la salle d'accueil et continue dans les pièces qui la jouxtent. Celle ci me montre le pictogramme sur la porte vitrée de l'entrée et qui représente un appareil photo barré d'un trait rouge significatif. Je lui explique alors que j'aimerai faire un article pour le forum citoyen de Chateau-Gontier afin de faire partager à tous ma visite et qui sait, peut etre donner envie à d'autres de visiter ces lieux. J'obtiens alors en prime d'un grand sourire l'autorisation exceptionnelle de prendre quelques clichés à condition de ne pas faire usage du flash de l'appareil, pour ne pas abimer les toiles avec cette lumière violente. Juste le temps de quelques photos et le guide nous rejoins dans la salle d'attente pour nous emmener pour un voyage de plus de 1000 ans dans le passé...



Le vieux château et ses batiments annexes

La salle d'attente depuis le musée d'art

Aperçu de quelques oeuvres du musée des arts naifs

A suivre...

Voir le profil de l'utilisateur http://frontignan.bbfr.net/index.htm

4 Re: En amont de Laval le Ven 13 Juin 2008 - 18:28

Et n'oubliez pas la Tour Rennaise (dans la rue du même nom), la prochaine fois. Belle vue sur la ville.

Laval : c'est la plus belle ville du monde !!!

Voir le profil de l'utilisateur

5 Re: En amont de Laval le Mer 18 Juin 2008 - 11:32

Merci Patrick, je n'y manquerai pas dès que l'occasion se présentera.

Voir le profil de l'utilisateur http://frontignan.bbfr.net/index.htm

6 Re: En amont de Laval le Jeu 19 Juin 2008 - 3:19

Enorme cet exposé Oda Lob. Merci.
Je vois que vous avez bien tiré profit de votre séjour en Mayenne.
Moi qui suis "pur" mayennais, je ne connais même pas le château de Laval.
Serait-il possible d'avoir cet écrit en version PDF s'il vous plaît. study
Lire tout ça à l'écran, c'est au-dessus de mes forces. cyclops

Voir le profil de l'utilisateur

7 Re: En amont de Laval le Jeu 19 Juin 2008 - 8:31

Salut Fredo

Je veux bien m'y pencher mais je n'ai meme pas encore fini l'article sur le chateau, qui relate son histoire et celle de la naissance de Laval par consequent

Voir le profil de l'utilisateur http://frontignan.bbfr.net/index.htm

8 Re: En amont de Laval le Jeu 26 Juin 2008 - 1:23

Pertué Patrick a écrit: Laval : c'est la plus belle ville du monde !!!

heum heum (tousse)

Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/rogerbooking

9 Re: En amont de Laval le Dim 3 Aoû 2008 - 19:39

Admin

avatar
Admin
la suite de la conversation concerne Frontignan, je l'ai déplacée : voyages

Cordialement,
Admin

Voir le profil de l'utilisateur http://chateau-gontier.forum-actif.net

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum