Forum Citoyen Chateau-Gontier

forum citoyen de discussion et d'échange fait pour et par les citoyens

Derniers sujets
» Municipales 2014
Mar 7 Jan 2014 - 1:31 par DM

» Crise européenne
Ven 8 Nov 2013 - 19:00 par Foulques

» Elections allemandes
Ven 8 Nov 2013 - 18:59 par Foulques

» Le dernier sera le premier...(ou l'inverse)
Mer 22 Mai 2013 - 17:08 par moua

» Quelle belle leçon
Lun 2 Mai 2011 - 10:47 par Foulques

» Les villes en transition dans le monde et en France
Mer 23 Juin 2010 - 18:22 par Oda Lob

» Circulation dans la Grande Rue
Dim 13 Juin 2010 - 0:53 par Foulques

» République Tchèque et Slovaquie
Mar 8 Juin 2010 - 22:28 par Mathilde

» origine du nom Gonthier dans Château-Gontjier ?
Sam 1 Mai 2010 - 18:40 par Foulques

» Recherche de renseignements pour des recherches généalogique
Jeu 31 Déc 2009 - 22:07 par Walacefr

Météo

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

voyages au bout du temps

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 voyages au bout du temps le Dim 6 Avr 2008 - 13:02

Rencontre d'ailleurs
Perdus, accrochés à leurs sommets trop ingrats
Ils vivent, oubliés, amoureux de leur Etat
Et si l’espagnol leur a amené la croix
C’est encore à leurs vrais dieux païens qu’ils croient.

Leurs églises sont vastes et sombres, nues
Au sol, des feuilles nouvelles pour s’y enfoncer les genoux
Des chandelles simples, d’offrandes et d’ingénues
Aux flancs, des ex votos où trônent quelques gourous.

Ils ne quémandent jamais, ne prient pas
Ils ne se plaignent jamais, ne plient pas.

Quand ils parlent à dieu, ils remercient ou engueulent
Selon que la récolte fut bonne ou que l’épi fut si seul
Ici, on remercie, regard à terre, à genoux
Ici, on engueule, yeux dans les yeux, debout.

Si près des cieux
On peut tutoyer les dieux.

Perçant la brume, le soleil vient en pudeur, sur la pointe de ses rayons
Juste ce qu’il faut pour assommer leurs sillons
Et la nature, toute en caprice, sait les féconder
Si le maya sait les cajoler les aimer.

Leurs sépultures sont petites, juste à leur taille,
Et, à chaque année, sur les tombes sinistres, on fait ripaille
Ici, manger et boire avec les morts
N’effraie que les étrangers du dehors.

Ici pas de Lois venues d’ailleurs
La juste, la leur, est la meilleure
Quand on démasque le voleur ou le tueur
C’est à l’arbre, qu’il est accroché, sur l’heure.

Pauvres sur eux, habillés de laine crasse
Ils sont riches car ils sont si fiers
Ici le mouton ne craint rien, on le vénère
Sa chair on la laisse aux impies, à d’autres populaces.

Parfois des visiteurs d’ailleurs, habillés de bizarre
Se perdent ici, procession serrée, pour les voir
Mais gare à celui qui voudrait voler leur âme, pauvre fou
Qu’il passe, regarde et reparte, c’est tout.

Enfants de Marcos et du Guévara
Enfants du Soleil et de la Terre
Ils restent toujours prêts pour la guerre
Car la Liberté d’un seul vaut bien leur trépas.

Si loin et si près, le monde s’affole sans eux, ils ne le savent pas
Toutes les journées sont jumelles à San Juan Chamula…

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum